Archive pour Mes travaux parlementaires

Pour le droit de vote des étrangers aux élections locales

Alors que la première lecture du projet de loi sur la réforme de notre Constitution s’est terminée la semaine dernière, certains ont cru bon de nous faire partager leur vision conservatrice de la démocratie en s’en prenant à une initiative parlementaire que j’ai conduite avec plusieurs de mes collègues dont les anciens ministres Aurélie Filippetti, Benoît Hamon et le député de Saône-et-Loire Philippe Baumel.

En effet, lors de l’examen de ce texte, j’ai déposé un amendement en Séance qui introduit le droit de vote pour les étrangers aux élections locales. Il n’a malheureusement pas été adopté.Amdt droit vote des étrangers

Tandis que certains n’ont vu dans cette initiative qu’un « chiffon rouge » qui est « indigne du débat sérieux et solennel » je crois qu’il est bon de leur rappeler que le droit de vote est avant tout un élément consubstantiel à notre pacte démocratique. Il construit ce sentiment d’appartenance à une même communauté de destin et constitue un pas de plus dans le processus d’intégration républicaine.

Les habitants d’une ville forment ensemble une communauté de vie, ils partagent la même histoire et sont tous, sans aucune distinction, usagers des mêmes services de la collectivité. Même s’ils ne sont pas de nationalité française, ils ne sont pas pour autant des étrangers dans leur ville car ils participent et s’impliquent pleinement dans la vie de la Cité.

Après les tragiques évènements que nous avons connus au niveau national, et après la polémique détestable au niveau local sur les repas de substitution dans les cantines scolaires, il eut été plus sage de revenir à une conception plus «exigeante du vivre-ensemble ».

Selon certains, le droit de vote est intimement lié à la nationalité française, mais ils ne peuvent ignorer que parmi leurs électeurs certains ne sont pas Français mais seulement ressortissants de l’Union européenne.

Je pose une question : Est-il juste qu’un Letton, un Bulgare ou un Chypriote présent sur notre territoire depuis quelques mois puisse voter alors qu’un Algérien, un Marocain ou un Tunisien qui vit et travaille dans la même ville depuis 40 ans ne puisse pas participer à l’élection de son Maire ?

Je considère que le droit de vote des étrangers aux élections locales est un combat pour l’égalité que la gauche doit non seulement mener, mais qu’elle doit impérativement gagner. C’est l’histoire et la vocation de la gauche que de mener ces luttes. La gauche ne doit pas avoir peur de mener ces batailles même si le Front national est très haut dans notre pays car ce n’est pas à lui de nous dicter notre conduite.

Amendement droit de vote des étrangers